Nokton, le retour

Nokton le retour

Il y a eu « Nokton est mon ami », maintenant il y a « Nokton le retour ». Je dois bien l’avouer, je suis certainement un peu fou. Je suis toujours en quête de quelque chose. Mais, j’ai quand même le sentiment d’avoir quand même erré et d’avoir enfin trouvé ce que je recherchais depuis longtemps. En photographie, j’ai toujours aimé Leica, le rendu, les images, la qualité des contrastes et des flous. Une merveille. En photographie, j’ai aussi toujours aimé le 50mm. Il correspond à ma façon naturelle de voir les choses. J’aime le 85 et aussi le 35, mais ce qui me plait le plus c’est le 50. Des 50mm, j’en ai une belle collection, d’abord chez Nikon, un peu naturellement en tant qu’utilisateur de la marque, puis par la suite chez Voigtländer avec mon premier Nokton 58mm. Mais la réelle découverte a été le passage chez Fuji et l’utilisation du 50mm Summicron f2 de Leica, un type 4 de 1983. Une vraie révolution. Les images sont nettes à pleine ouverture, alors que chez Nikon, il faut passer deux diaphs pour atteindre un pouillème de ce que le vénérable ancêtre est capable de fournir. Avec l’achat d’un appareil télémétrique de la marque au point rouge, les choses se sont réellement décantées. Tout un nouvel univers s’est ouvert à moi. Une incroyable qualité d’image, un outil performant pour exprimer sa créativité. Enfin la possibilité de faire fonctionner correctement l’hémisphère gauche de mon cerveau sans subir les frustrations post opératoires.

12252662414_c46a2003e8_o

Comme je l’ai déjà écrit ici, j’ai découvert le Nokton f1.1, une petite bestiole merveilleuse, qui m’a donné beaucoup de plaisir visuel. Mais qui souffrait un peu la comparaison avec un autre 50mm prestigieux, le Summilux de Leica. Un modèle de l’année dernière, lâché par quelqu’un qui avait les moyens de l’acheter mais pas ceux de l’utiliser. Heureusement qu’il y a des gens comme ça, parce qu’ils me permettent d’acquérir du matériel que je n’aurais jamais acheté autrement qu’en occasion. J’ai donc revendu le Nokton, pour deux raison, la première, c’est que la mise au point à pleine ouverture est acrobatique, pas évident d’avoir le point net, c’est même on peu dire une forme de loterie. La seconde raison, c’est que la mise au point minimale est à 1 mètre, et là, c’est trop loin pour moi. J’aime me rapprocher plus. Donc bye-bye Nokton, il m’a permis d’acheter le le X100s.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais voilà, si cet article s’appelle « Nokton, le retour », c’est qu’il y a pas une mais deux raisons. Il y a deux raisons, parce que je suis aller chercher non pas un Nokton, mais deux Nokton. Le premier est une petite merveille que je trouve particulièrement bien faite, c’est le Nokton 50mm f1.5 Asph. La copie moderne d’un modèle des années cinquante soixante de chez Voigtländer. Le second, est un objectif qui m’aura fait hésiter pendant très longtemps, le Nokton 35mm f1.2 Asph. Là, c’est du gros, c’est du lourd, mais qu’est-ce que c’est bien. Je pense que ça risque de devenir un de mes objectifs de prédilection. Je vais essayer de le mettre sur le Fuji X-E1 ou sur le Sony A7. Les premiers essais avec, me montre que c’est simplement somptueux .

12192771015_677c39414f_o

Ce qui est sympa avec cette lentille, c’est le bokeh, malgré que ce soit un grand angle. C’est net, même plutôt plus net que je ne l’imaginais. Il y le contraste, il y a la netteté et il y a le flou. Ce que j’aime par dessus tout, c’est qu’il est possible de faire la mise au point à 0.5 mètre. Ce n’est pas de la macro, mais combiné à l’ouverture fantastique de f1.2, ça donne des choses très particulières. C’est ce qui fait que le coeur bas plus fort. 

12127607266_9510d9aa73_o 12127350094_031b08dfc8_o 12226727765_77f7bb5568_o 12158541676_e13e2511fa_o

Publicités

2 réflexions sur “Nokton, le retour

  1. Vos photos sont vraiment parfaites et démontrent si besoin était qu’un bel objectif ne s’exprime qu’à travers un oeil tout aussi aiguisé. Il suffit de comparer les photos « test » qu’a fait Steve Huff,
    soit disant LA référence en matière de test Leica pour s’en convaincre. Encore bravo, vous m’avez convaincu d’essayer ce petit bijou … Et d’essayer de faire aussi bien que vous. Frédéric

    1. Merci, c’est sympa. Pour Steve Huff, je pense le plus grand bien de sa démarche. Maintenant, il est vrai que dans la frénésie du test, on arrive plus à dégager le côté artistique de la photo. C’est comme au cinéma, les grands critiques ne sont pas souvent de grands réalisateurs. Mais le critique est utile à sa manière. Je vous souhaite beaucoup de plaisir avec cet objectif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s