La trilogie, plus quelques extras

Encore un titre qui ne va pas rameuter du monde sur internet, mais bon finalement ici ce n’est pas spécialement le but, je ne suis pas un photographe X, et encore moins un photographe de X… Ça pourrait être intéressant si ma vie tourne au cauchemar.

Teysa #4

Bref, c’est quoi cette trilogie? Et c’est quoi ces extras? La trilogie, c’est les Fujinon 16, le 23 et le 56 mm. Les ouvertures respectives sont 1.4, 1.4 et 1.2. C’est du tout lumineux. Les extras, c’est principalement un 90mm f2 nommé désir et un 35mm f2 en attendant mieux. Mais je vais m’expliquer un peu et surtout vous raconter ce qui m’a vraiment fait changer de cap ces dernières semaines. Pour celles et ceux qui suivent ce blog, vous savez que d’une gamme quoique bonne, mais accessoires, Fuji a pris le statut de premier fournisseur d’appareil photo au royaume du petit photo blog. Enfin presque. Reste Leica et là, on est encore un cran au dessus.

Teysa #1

Il y a quelques mois, Francine de Fujifilm Suisse m’a prêté un X-Pro2 avec quelques cailloux comme le 16mm et le 23mm f1.4. J’ai eu aussi droit au 35mm f2. Je suis parti en Toscane avec pour quelques jours, histoire de me faire une idée de terrain avec. J’ai aussi à ce moment-là pris mon 56mm f1.2. Curieusement, le X-Pro2 permettait une tout autre manière de travailler avec ces objectifs. Comparé au X-Pro1, il y avait un saut indiciel dans le fonctionnement de l’autofocus. C’était la porte ouverte vers une nouvelle manière de travailler avec ce matériel. Autant c’était lent et aléatoire avec le X-Pro1 autant avec le X-Pro2, ça devenait beaucoup plus utilisable et prédictibles. Certes, ce n’est pas encore parfait, il y a encore des cas de raté. Mais comparé à mon Nikon Df, il y a moins de déchets dans le tout autofocus. C’est vrai que les sujets de mes photos bougent beaucoup et surtout en marche avant et marche arrière, ce qui est mortel pour l’AF, même en continu… A ce moment-là, je n’était pas encore convaincu par la qualité d’image, principalement avec Lightroom qui me fournissait un résultat très bruité, même à très bas ISO… de base. Mais, depuis soit j’ai changé ma manière de traiter les photos issues du X-Pro2 dans Lightroom, soit la dernière version du logiciel d’Adobe corrige quelque chose de ce point de vue là. C’est probablement un peu des deux, car je n’ai aucun moyen d’en savoir plus sur le plus célèbre des logiciels de traitement photo. Il y a aussi un autre fait, c’est qu’un appareil photo de prêt, n’est jamais configuré aux petits oignons comme peut l’être un appareil photo personnel. Il y a aussi peut-être de cela aussi.

Phonite #1

A la fin du mois d’avril, je suis rentré dans une très grand phase d’hésitation. Je ne savais pas trop où aller photographiquement parlant. Ce genre de questions existentielles, qui rendent la crise de la quarantaine futile. Je suis contre l’obsolescence programmée, mais je ne suis pas non plus un collectionneur ou un gardien de musée. Il me fallait donc évoluer, mais la grande question c’était dans quelle direction. Rétrospectivement, je reste persuadé que le choix du D800 de chez Nikon a été une erreur. Ce choix m’a orienté vers des objectif de plus grande qualité. Il fallait aller chercher des bouts de verre qui étaient capables d’avoir un haut pouvoir de résolution pour alimenter le très exigent capteur du D800. Aller chercher du Zeiss ou d’autres objectifs de compétition n’a pas été le bon choix. Aujourd’hui, je les ai revendus et j’ai acheté tout mon équipement Fuji avec. Mais a ce moment là, je pensais tout autrement. J’avais en tête de garder le X-Pro1 avec une bague pour objectif M et rien d’autre. Garder le X-Pro1 pour des raisons sentimentales. Mais bon, faut pas avoir de sentiments avec le matériel photographique, enfin faut essayer de ne pas en avoir. Donc après quelques pas de tango intenses, passablement de circonvolutions je me suis décidé à acheter un X-Pro2.

The new church

Je me suis aussi rapidement décidé à aller chercher les objectifs qui vont avec. La chasse a été rapide et fructueuse. J’ai très rapidement trouvé les objectifs 16mm, 23mm et 56mm en seconde main avec garantie. Par la suite, le 90mm f2 m’a fait une proposition que je ne pouvais pas refuser (the Godfather)…  J’ai aussi trouvé un 35mm f2, un peu par dépit parce que l’ancien 35mm f1.4 est lent ou semble hésitant parfois, même si optiquement il est très agréable. Pour utiliser un peu plus rationnellement tous ces objectifs, je suis allé chercher un X-T1 en revendant mon X-Pro1 avec un objectif. Un quasi échange standard. Le X-T1 avec son firmware mis à jour est un appareil très intéressant. Il possède quelques atout que le X-Pro2 n’a pas. Certaines fonctions sont en accès bien plus direct que ça ne peut l’être sur le X-Pro2. L’écran qui pivote est aussi un élément intéressant pour certaines images prises au raz du sol. Bref, voilà comment en l’espace d’un peu plus d’un mois, j’ai complètement renouvelé mon matériel photographique et comment dans le même laps de temps j’ai presque complètement éliminé mon matos Nikon, il ne reste « que » le Df et 4 objectifs en f1.8, le 28, 35, 50 et le 85). Est-ce que le Df va survivre, la réponse après l’été. Ne vous méprenez pas, le Df est un appareil fantastique, un des meilleurs qu’il m’ait été donné d’utiliser, mais il correspond de moins en moins à mes besoins. Mes besoins et mes envies ont évolué, c’est un fait.

Là haut sur la montagne...

Bon c’est bien gentils toutes ces histoires, mais si on en revenait un peu à la fameuse trilogie et a ces quelques extras? Hein? La trilogie, c’est quelques objectifs Fujinon avec une très grande ouverture. Les extras, c’est moins lumineux, mais pas moins intéressant.

The Wide Wide West

Commençons par le King, le 16mm f1.4
Le king, c’est un objectif extrêmenent net et lumineux. Il est aussi capable d’effectuer la mise au point à quelque 18cm de l’object à photographier. C’est un objectif très intéressant pour la photo de rue, car il est possible de l’utiliser de façon manuelle avec une vraie échelle des profondeurs de champ. Les performances optiques sont exceptionnelles. Ce qui est vraiment intéressant ici, c’est cette combinaison de grande ouverture et distance de mise au point très petite. On arrive à obtenir ce qui est faisable avec le Leica Q et son bokeh à pleine ouverture. C’est vraiment un objectif épatant. Je me rappelle de mon premier contact avec, je le trouvais trop net. Mais c’était sans compter sur le fait que la personne qui avait utilisé le X-Pro2 avant lors des tests avait mis la netteté sur l’appareil photo à +4… Bref, il y a pas besoin d’être extrémiste non plus non?

Helene #

La petite cerise sur le gâteau, c’est la tropicalisation de l’objectif. Il n’est pas étanche à l’immersion mais il tient bien le ruissèlement. Avec le X-Pro2 ou ses cousin version T il ne craint pas les conditions météo défavorable. Ça tombe bien, moi, j’aime bien les conditions météo un peu scabreuses. Je trouve que ça donne beaucoup plus de caractère qu’un ciel tout beau, tout bleu… Schtroumpf en quelques sortes…

Dark LOL

Le couteau suisse, le 23mm f1.4
C’est une des bonne surprise, voire même une découverte.  La qualité est au rendez-vous, il est rapide, procure du bokeh d’arrière plan. Il est net, n’a pas de problèmes optiques perceptibles particulier. Les couleurs sont belles et les noirs et blancs particulièrement bien dosé. Il n’est pas équipé tout temps, mais il a d’autres avantages. La version 23mm f2 est annoncée pour la suite de l’année. Elle sera plus compacte et ouvrira à f2. On verra ce que ça donne, mais je suis un fan des grosses ouvertures. Ce 23 est un vrai plaisir à utiliser, net dès la pleine ouverture, couplé avec l’obturateur électronique, permet d’avoir des images impossibles à réalisé il n’y a rien que quelques années sans rajouter un filtre ND 8 devant la lentille. Bref, un « must have » à mon sens à moi personnel… Pis le 23, c’est mon chiffre fétiche. Alors on ne se refait pas.

Christophe O.

Le magnifique 56mm f1.2
J’ai déjà écris ici sur le 56mm f1.2. C’est une petite merveille aussi. Il agit comme un 85mm à f1.8. Ce n’est pas comme les plus grandes ouvertures de chez Nikon ou le fameux F1.2 de chez Canon. Mais là on à une masse et un encombrement bine moindre. Cet objectif a du caractère, il donne des images toute en nuances de flous et de nets avec un très joli modelé dans les chairs. C’est un objectif simplement impressionnant avec une netteté qui rabote tellement elle est prononcée. Il est conseiller de réduire la netteté en post traitement surtout pour les portraits féminins ou certains modèles pourraient y voir un ombrage à la belle esthétique de leur visage. Mais quel bout de verre incroyable. Je l’ai eu, je l’ai vendu et je l’ai réacquis… Et j’ai perdu quarante balles au passage… Grmbl!

Bon titre

Le gros cube, 90mm f2
Quelque chose d’intéressant, certainement un des meilleurs objectif Fuji quant à la netteté et à la résolution. Une petite chose complètement incroyable, enfin pas si petite, en fait même assez grosse. Mais rapide, bien équilibrée et franchement de la balle question netteté. A toutes les ouvertures, c’est magique. Cerise sur le gâteau, le taux de reproduction à la distance minimale de mise au point est assez proche de la macro. Génial pour les détails. C’est un objectif taillé pour le portrait, mais la distance au sujet est plus importante, alors que je suis un grand fan du 50mm au Leica pour le portrait, le 90mm Fuji m’oblige à reculer. Il me faut me familiariser avec cette distance. A voir donc, je pense que ça va être un des critères principaux quant à son utilisation massive. Mais pour le reste, rien a redire, une merveille.

Coiffure façon papa

Le 35mm f2, petit mais costaud
C’est un objectif compact, très compact, précis rapide, tropicalisé, mais qui n’ouvre qu’à f2. C’est bien et ce n’est pas bien. J’aime bien les plus grandes ouvertures, typiquement f1.4 pour le 35mm. Le 35mm f1.4 de Fuji est un très bon objectif avec un rendu très net. Il est particulièrement adapté au X-Pro1, avec un rendu particulièrement brillant, un mélange de flous et de zone de netteté qui lui donne de la vie aux images. Vraiment un objectif que ja’i beaucoup aimé. Mais ces hésitations en mise au point et sa vitesse de mise au point bien trop lente m’ont persuadé de le vendre pour le remplacer par le le modèle f2. Le modèle f2 est net, très net, même plus net que son prédécesseur. Je me focalise un peu sur la mise au point avec cet objectif. Il y a un effet désagréable pour le cadrage, c’est l’effet de pompage et de loupe durant la mise au point. Pas facile de cadrer serré avec ce problème. C’est pour l’instant un des principaux problèmes que j’ai remarqué avec cet objectif. C’est même gênant. Je ne crois pas avoir été confronté à ça avec les autres, ou du moins pas de façon aussi flagrante. Mais pour le reste, c’est comme un Summicron de chez Leica. Les puristes de chez Leica vont certainement ne pas être d’accord avec moi, mais c’est ce que je pense et des Summicrons j’en possède quelques uns. C’est petit, c’est compact et ça fait de belle images. Bon pour le voyage…

30th B. MAT #3

Ce qui me manque encore… le 33 f1.
Ah celui-ci viendrait volontiers rejoindre ces petits copains dans ma besace. Il y aurait de quoi faire. Je comprends toutes les logiques stratégiques et commerciales liées aux produits. Mais celui-ci serait vraiment une chose intéressante à avoir. C’est effectivement la quadrature cercle pour le produire. Il faut de bons verres, bien gros, une mécanique rapide et précise, un peu comme les quatre moteurs linéaires du 90mm f2 et avec un prix qui ne soit pas trop dissuasif. Mais après, si on peut avoir que la moitié de ce que le 90mm est capable de faire, on pourrait avoir un objectif de légende. Il y aurait de quoi s’amuser et pour longtemps. En fait sans aller jusqu’au f1, on pourrait aller au f1.2, ce serait largement suffisant. Une version améliorée du 35mm f1.4, mais avec un autofocus plus rapide et précis. Il y aurait vraiment de quoi s’amuser. Alors on verra bien ce que l’avenir nous réserve. Mais c’est vraiment un objectif qui s’inscrirait dans la droite lignée de mes besoins.

The great escape

Pour finir
Et oui pour finir, juste un petit détail. J’ai remarqué qu’il ne fallait pas trop tripoter les fichiers Fuji issus du X-Pro2. Il faut bine les exposer, un peu à droite et surtout ne pas trop travailler la clarté et la netteté. Les images sont bien assez nettes comme ça. Au risque de voir apparaître du bruit plus que de raison.

16/1.4

Voilà, voilà… Bonne vacances à toutes et à tous.

Double Cheese

X-Files #53

X-Files #46

Publicités

17 réflexions sur “La trilogie, plus quelques extras

  1. Bonjour Dragan,

    Merci pour cette nouvelle enrichissante réflexion.

    Bonne fin de week-end et salut à toute la petite famille.

    Amicalement

    Sympho.

  2. Hello,

    J’ai failli craquer pour le monde de Fuji. Francine m’a fait essayer plusieurs modèles.
    J’ai essayé Le xt-1 avec et sans firmware 4 et Le 56f1.2 super chouette bien que lent sur le xt-1. Le 35f1.4 (très sympa mais lent…) les divers zooms… je me suis pris finalement Le x100t, Le tcl et essayé Le Wcl qui sont un très jolis ensemble.

    J’ai essayé en magasin Le xpro-2 mais la… bof, le premier contact n’a pas du tout fonctionné.

    Perso, j’ai un réel problème. J’arrive pas avec la couleur du X-trans et la netteté. Je trouve le xt-2 super (sur le papier j’ai pas pu le toucher et j’ose plus demander à Francine à force 😉
    J’ai essayé sous lightroom de retoucher la couleur mais rien à faire ça passe pas, j’arrive pas, j’ai essayé de modifier des paramètres de netteté sur le X100t jusqu’à -2 pour moi c’est trop fort, alors en rajouter y’a pas besoin 😉 pour moi.
    Le noir et blanc est sublime, les haut isos aussi mais Le reste c’est peut-être mes réglages sous lightroom ou la version qui gère pas encore bien… y’a des dizaines de théories sur le net là-dessus (j’imagine que je suis pas le seul à galerer ou ne pas aimer) ou simplement peut-être que perso mon appareil cela reste simplement un bon gros canon car on a tous l’appareil qui Le correspond enfin l’électronique

    Salutations et bonnes photos !
    Sympa tes dernières et celles qui illustrent le post.

    1. Je crois qu’effectivement ce n’est pas simple. Viens essayer un Leica M8. On verra après si tu es toujours à la recherche du graal. Mais par principe, regarde déjà tes paramètres maison. Moins de contraste, pas d’accentuation. Pour les couleurs, il te faut essayer les couleurs du paramètre tout en bas de la colonne développement, où tu peux choisir les profils Fuji. C’est à mon sens le point de départ sur LR. L’excellent Classic Chrome se trouve là. Il suffit de le convertir en noir et blanc pour avoir de joli résultats.

      1. J’ai déjà essayé tous les profils Fuji. J’aime pas trop en paysage, c’est moyen.
        Le Kodak chrome brûle très vite les hautes lumières et bouche très vite les ombres. Je pense que c’est pour cela que tu descend le contraste avant, c’est pas bête. Par contre effectivement en passant après le chrome en nb cela donne un fort caractère à l’image puisque cela la donne sombre et lumineuse à la fois doté d’un contraste aux petits oignons.
        Je sais que tu adores le noir et blanc et effectivement le Fuji est très fort à ce jeux là. C’est d’ailleurs pour cela que je garde le x100t, imbattable en nb (du moins sans d’énerver pendant longtemps, c’est rapide et efficace)
        Mais pour la couleur… je reste ouvert à celui qui arrivera me la faire avaler 😉

      1. J’ai pas les moyens de prendre un M8 qui pourrait tomber en rade le lendemain sans possibilité de le faire réparer me laissant avec un objectif que je ne saurais mettre ailleurs.

        J’ai essayé le Leica Q.
        Viseur hallucinant en num. Mais trop limité avec une seule focale. J’ai été séduit mais j’ai su résister a une folie qui n’aurait pas fait long je me connais…

        Le xt-2 serait parfait mais cette couleurs et cette netteté surfaite ne m’enchante pas et me pousserait presque à prendre aujourd’hui un 6dmkii bientôt la pour remplacer mon 5dmkii qui commence des fois à me faire des misères. Un 6d et un 70-200f4 étant en poids identique à un xt-2 et 50-140.

        Le point aussi embêtant étant sur les mirrorless’s le capteur à nu lors des changements d’objectifs…

      2. En fin de compte, ce qui ressort de tes recherches, c’est que tu n’as apparemment pas eu une expérience suffisante avec tes divers Fuji. Ils s’apprivoisent. Maintenant, tu peux aussi essayer un Sony A7, plein format avec n’importe quel objectif. Là, tu devrais trouver ton bonheur. Pas cher et costaud. Pas de problème de poussières sur le capteur. Excellente qualité d’image. Viseur central et haut ISO au top.

  3. Problème du Sony c’est que le 70-200 est énorme et très cher. Le boîtier est tout de même imposant et pas si leger que cela.
    Certains canonistes l’on tout de même apprivoisé en y montant via une bague le 70-200 canon qui va mieux et le 16-35… juste pour profiter des hauts isos et de la haute définition du a7rii.
    Je ne suis pas persuadé de ce montage même si Hervé Santucq à l’air content… autant y mettre un 5DSr.
    Je dois tout de même admettre que si tout d’un coup tu veux le transformer en un petit apn avec un petit voigtlander 15 ou 35 il devient super discret.
    Le a7 n’est pas pour moi via des bagues… juste j’ai pas la patience et j’aime l’af.
    Bien sûr un Dslr est lourd et même tres lourd après quelques heures de marche comme en Irlande ou des fois j’ai pesté en voyant des fujistes ou Olympistes être ultra léger… et en même temps je me souviens d’un gars qui pestait devant son xt-1 en ruminant bordeL je vous rien… car le ciel était chargé de nuages très claires… comme quoi… chaque système à ses inconvénients.

    1. Oui mais les gens qui pestent et qui ne connaissent pas leur matériel, il y en a partout. Tu peux tout faire avec n’importe quel appareil datant de 2010. Après ce n’est que de la garniture si tu me permets l’expression. Pour faire du paysage, il fait des filtres. Si tu as pas, c’est sûr que la différence entre le ciel est la terre sera trop importante. Ensuite du paysage en plein midi, c’est sûr que c’est plat.

      Maintenant, si ton cheval de trait est le 70-200 2.8, il n’y a pas de miracle , tu aura le poids et l’encombrement qui vont avec. Il te faudra certainement encore évoluer dans t’es perspectives photographiques pour alléger ton matériel, ou pas. Mais ça c’est ton chemin. Mais il faut du temps pour apprivoiser le matos et franchir le pas. Pour certains c’est possible, pour d’autre pas car ça ne correspond pas à leurs besoins. Pas simple je sais.

      1. J’ai bien envie de donner encore une chance au Fuji en essayant c1 qui a ce qu’il paraît fait des miracles avec les RAF’s. Peut-être que Lightroom n’est pas adéquats… la version de skylpix deniere du nom pro à des tres bon retour.
        PS j’ai pas le 2.8 j’ai le F4 🙂

  4. Salut Dragan et Alain 🙂
    Conversation intéressante mais ce serait mieux autour d’un verre!
    Perso, avec Fuji je fais bcp de jpeg et peu de raw (et 100% raw avec Canon).
    Le jpeg Fuji a une latitude incroyable, du moins sur Lr. Les couleurs pas super en photos de nature mais ok en street, intérieurs, architecture, etc. J’utilise la simulation de film Pro neg std, laquelle me semble la plus neutre, et en n&b, ça dépend de ce que je photographie (green ou neutre pour portraits, red pour nuages,..)
    J’ai bien envie d’essayer de développer des RAFs avec Capture One. Est-ce que l’un de vous utilise connaît le logiciel de Phase One? Utilisez-vous un autre dérawtiseur que Lr?
    Bon w-e!
    Marco

    1. Perso, en plus de Lr, j’utilise le logiciel gratuit Darktable et j’obtiens de très bons résultats.

      Bon week-end à tous.

      Sympho

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s